Accueil > Le projet > Semaine d’agitation contre les caméras

Semaine d’agitation contre les caméras

Voir en ligne : https://bxl.indymedia.org/spip.php?...

Tout le monde voit bien comment la toile d’araignée du contrôle se tisse de manière toujours plus serrée. La plupart de nos contemporains, appâtés par les discours sécuritaires ou les images scintillantes de gadgets technologiques, se laissent empêtrer dans les filets desquels ils peuvent à peine sortir. D’autres, par contre, ne se résignent pas à la nouvelle situation d’oppression et tentent de réagir. Pressés par l’urgence des tâches à accomplir, certains décident de passer à l’offensive.

Après quelques mois d’activité contre les caméras, fin août, les initiatives se sont multipliées dans certains quartiers de Bruxelles. Faire vivre nos idées de révolte et de liberté est particulièrement important à l’heure où l’État essaye d’accoutumer la population à de nouvelles formes de surveillance, en testant jusqu’où il peut aller. De nombreuses affiches ont été collées, qui insistent sur le fait qu’il est toujours possible de lutter, même lorsque tout semble sous contrôle.
Tracter dans la rue a permis de confronter ses idées et d’affûter ses armes. Au fil des discussions - parfois riches -, entre la réprobation des amoureux de l’ordre et le sourire des esprits rebelles, la critique devient chaque fois plus tranchante envers l’existant. Pour une fois, la confrontation d’idées l’a emporté sur la normalité froide de l’indifférence et de l’acceptation que l’État cherche à stimuler à tout prix. Même dans ce climat pacifié de sécurité obsessionnelle, les rencontres complices ne sont pas rares. Une hostilité partagée contre un aspect particulier de la domination est alors souvent l’occasion de mettre plus de choses en question. Par exemple de faire le lien entre les caméras et les autres instruments aux mains du pouvoir afin que tout le monde se tienne tranquille.
Une carte reprenant tous les yeux électroniques dans les quartiers en question est passée de main en main.
In fine, la tentative était de faire du problème des caméras un problème permanent le temps d’une semaine, qui pousse tout le monde à réagir et à rompre avec cette acceptation passive qui ne sert qu’à favoriser la continuité de l’oppression.
Les leçons tirées de cette expérience alimenteront de nouvelles propositions. L’offensive continue.

En passant à travers les mailles du filet, brisons les filaments et les noeuds du contrôle, jusqu’à ce que l’ensemble de la toile se déchire !

Repris de Indymedia Bruxsel

https://bxl.indymedia.org/IMG/pdf/tract.pdf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document